Le monde est coloré... je suis le monde ! Le monde est coloré.... je suis le monde !! Je suis le jaune, le vert... le bleu et puis le violet ! Je ... Je suis chacun et tous à la fois ! Je suis le monde...

Herbert, le Caméléon parcourt le monde... il rampe, il trottine, il est lui et autre. Je disais donc... je me balade, j’explore mon univers, je me reflète en chaque chose. Tu disais donc... que tu te prélasses au soleil, que tu profites de l'ombre... que tu te délectes d'être multiple et sans fin. Enfin... nous disions donc ! Que la forêt est notre univers... nous sommes une feuille de chêne nous sommes un arbrisseau, nous sommes... Hum... il me semble que vous disiez donc que vous existez en toute chose, dans la forêt, dans l'univers, dans...

Attendez ! Je me perds quelque peu là...

Hé ! Pourquoi dis-tu cela... ? Tu es là donc... tu n'es pas perdu !!

Quoi ?

Hum... Rembobinons un peu la scène, voulez-vous ? (non !)

Euh... où en étions-nous ? Ah oui ! Nous disions donc qu’Herbert le Caméléon vit ici, dans cette forêt !

Il... je me promène dans cette forêt, oui voilà...

Où ça ?

Hum... Bref.

Tiens, il a une petite faim. Voyons voir... alors... ah j'ai trouvé le menu ! Nous avons un petit insecte qui se trémousse non loin d'ici. Oui oui oui vous avez grand faim ! Miam ! Herbert gobe son repas et tu t’en lèche les... babines ? Le ... museau ... ? Bon ! Les termes se mélangent.

Où ai-je mis ma tête ?

Herbert... elle est dans l’entière et stricte continuation de ton corps...

Ca y est !

Bon... reprenons notre balade !

 

Herbert est un animal bien curieux et excentrique. D'ailleurs le reste des habitants de la forêt l'épie et guette ces moments où il apparait.

Une chouette, par exemple, demande à ses amis :

« Où est Herbert aujourd'hui ? »

Et elles lui répondent « tiens, sur la feuille de chêne, là au pied de l'arbre. Le vois-tu ? Il est d'un vert tirant lentement, graduellement, vers le orange... regarde ses yeux globuleux... ils s'agitent, le spectacle va commencer ! »

 

Je suis une feuille, je suis une feuille... je suis tombée de mon arbre et je change doucement de couleur *nana lala* Tu marches quelque pas, tu es de la mousse *lala nana* je suis tendre, je suis humide... je suis tout doux.... *nana nanana* et je me chatouille les pattes *haha*

 

Autre exemple, une belette demande à ses petits :

« Avez-vous vu Herbert aujourd'hui ? »

Et ses petits lui répondent

« Oui oui par ici ! On le suit, il va vers le lac »

« Soyez prudent mes petits, ne vous éloignez pas trop, votre papa va bientôt rentrer avec le repas de ce soir ! »

« oui maman ! » répondent-ils tous en chœur alors qu’ils se précipitent pour rejoindre les traces encore fraiches d'Herbert LE Caméléon !

 

Ainsi, Herbert se dandine, en rythme, tantôt lentement, tantôt vite... c'est qu'il a son propre rythme, Herbert, là dans sa tête, ça défrise ! Bref... il se dandine, dans la forêt et il fait chaud mais.

Ah, l'air se rafraichit par ici... Allons voir. Herbert se rapproche du lac.

Ce lac a une couleur qui n'appartient pas à son panel illimité. Fais gaffe à ton standing Herbert ! Notre réputation ne doit pas en souffrir, hein ! Nous avons des objectifs en termes de couleur bien stricts à respecter, je me souviens !

Je sais, nous savons, pas besoin de te le rappeler !

Bref, vous disiez ? Ah oui... l'eau. Elle nous attire. Jolie couleur. Couleur que nous n'avons pas... pour le moment !

Allez, je m'en approche et...

«  Salut Herbert ! »

« Quoi, qui ça ? »

« Salut Herbert ! »

« Hum ? Où ça ? »

 

Une petite belette dit à son frère...

« Regarde... Herbert s'affole, on dirait qu'il cherche quelque chose ! Sa tête tourne tourne tourne ! »

Tous les autres animaux hochent la tête et regardent tous Herbert parler seul devant la mare. En cet instant magique et si particulier, et si incroyable et si... les prédateurs, tout comme leurs proies respectives se tiennent côte à côte... dans l'expectative !

 

« Salut Herbert ! Hé ho ! Je suis là... oui, c'est ça, voilà, baisse les yeux, là, dans l'eau... tu me vois ? »

« Ah ... oh... mais qui es-tu ? »

« Moi ? Mais voyons, Miranda la Petite Truite ! Hé hé ! Veux-tu venir barboter avec moi ? »

« Hem, hé bien… la couleur de cette surface m’intéresse bien… J’dois dire que si j’pouvais m’approcher encore ou la parcourir de mes pattes, j’devrais pouvoir l’acquérir ! »

Herbert se rapproche. Une patte est mouillée… je deviens le lac ! Il se rapproche encore un peu… Tous les animaux retiennent leur souffle… il n’y a plus un bruit dans les alentours et…

 

Toute cette scène part en tourbillonnant, chaque chose devient unique et se confronte à LA réalité :

« RIIICKKIIIIIIE !!! Viens récupérer ta foutue bestiole !!!!! Ton caméléon s’est encore foutu sur la cuvette des chiottes !! Vraiment, cet animal a décidément un sacré grain !! »