Perchée, en haut d’une histoire, la souris attendait le chaton affamé…

« Bien le bonjour Mr le Chat, je vous sais affamé et prêts à me manger mais, voyez-vous, je ne suis point comestible et je risque de vous ennuyer. Regardez plutôt là-bas, où se cache mes consœurs les Souris, beaucoup plus appétissantes que moi, elles sauront atteindre vos envies. »

Le chaton connaissait ses classiques et savait par cœur la fable du héron…

« Vous ne m’aurez point ainsi, Demoiselle Souris, pour moi vous semblez exquise et qu’importe que mort s’en suive, si mes papilles peuvent vous goûter, mes moustaches frémissent en votre présence à déguster. »

Demoiselle Souris n’en démordait pas et faisait étalage de tous ses maux. Elle expliquait ses fractures, les mauvais fromages ingurgités et les maladies qui l’atteignaient. Malgré tout Mr le Chat la trouvait de plus en plus croustillante et voyait en ces justifications le moyen de sauver sa peau.

Ses yeux brillaient de plus en plus en regardant cette petite souris s’agiter comme elle le pouvait pour feindre son agonie. Mais tout ce cinéma agrandissait son impatience et sa faim commandait non plus l’estomac mais les griffes et les crocs.

Alors Mr le Chat bondit sur la souris, il la dégusta férocement et la trouva exquise. Jamais il n’avait goûté d’aussi bonnes souris, et quand bien même elle se disait dangereuse, il se félicitait d’avoir pris le risque.

Ce goût si raffiné était celui que revêtait la Mort… Quelques heures plus tard, l’on retrouva un petit chaton…Mort et transit de joie…

 

Il se trouve que parfois l’on rencontre certains êtres qui, à force de se décrire comme « toxiques », parviennent à le devenir. Car plus l’on essaie de leur prouver le contraire… plus l’on goute l’amertume de leurs raisons.